L’objectif de l’étude était d’investiguer l’impact psychologique et conjugal d’une reconstruction mammaire et la place du partenaire dans cette décision. Les principaux résultats montrent que l’impact psychologique et conjugal est comparable entre les femmes qui ont eu une reconstruction mammaire et celles qui n’en ont pas eu. Le conjoint a, quant à lui, une place importante de soutien à la décision. 

ÉTUDE PRÉLIMINAIRE – POSTER SCIENTIFIQUE

Le processus de décision liée à une reconstruction mammaire après mastectomie pour cancer : évaluation de l’impact psychologique et de la place du partenaire dans la décision.

Cette étude préliminaire comporte deux objectifs :

  • investiguer l’impact psychologique et conjugal d’une reconstruction mammaire (ou de son absence) et
  • explorer le processus de décision liée à une reconstruction mammaire (RM), chez des couples dont la femme a eu une mastectomie suite à un cancer du sein.

Soixante-dix femmes traitées pour un cancer du sein et en couple ont participé à l’étude, réparties en 3 groupes : 19 sans RM, 25 avec RM immédiate et 26 avec RM différée. Elles ont complété des questionnaires en ligne mesurant la satisfaction et les regrets concernant la décision liée à la RM, la qualité de vie suite à la chirurgie mammaire (EORTC-BRR), l‘état émotionnel (POMS) et l’intimité conjugale (PAIR). Parmi elles, neuf femmes et leur partenaire ont participé à des entretiens. D’une part, la partie quantitative a permis de constater que les femmes sont satisfaites de leur choix (peu de regrets), ont un vécu émotionnel comparable et de bonnes relations conjugales. Cependant, les femmes sans RM recommanderaient moins leur décision et sont moins satisfaites du résultat esthétique, comparées aux femmes avec RM. D’autre part, la partie qualitative a permis d’observer que les partenaires semblent peu impliqués dans la décision finale. Ils perçoivent leur rôle comme un soutien dans la décision de leur femme, décision lui appartenant car il s’agit de « son corps ». Ils jouent un rôle plus ténu mais essentiel dans le processus de décision en rassurant leur femme sur leur valeur et leur féminité. Ces résultats apportent de nouvelles connaissances sur l’implication du partenaire dans la prise de décision.

Toutefois, il semble essentiel de mettre en place une étude prospective qui permettra de mieux comprendre le processus de décision au cours du parcours de soin, plus particulièrement au moment du diagnostic et de son évolution au cours du temps.

Auteurs

Lamore K.1
Quintard B.2
Flahault C.1
Hoarau H.3
Fasse L.1
Vioulac C.1
Idier L.2
Reyal F.4
Tunon de Lara C.5
Lakdja F.5
Van Wersch A.6
Untas A.1


1 – Laboratoire de psychopathologie et processus de santé (Université Paris Descartes)
2 – Laboratoire de psychologie, santé et qualité de vie (Université de Bordeaux)
3 – CNRS UMR 5185 (Université de Bordeaux)
4 – Institut Curie (Paris)
5 – Institut Bergonié (Bordeaux)
6 – Université de Teesside (Royaume-Uni)

Soutien financier

Cancéropôle Grand Sud-Ouest, Soutien à l’Émergence 2014

Congrès où le poster a été présenté

XXIèmes Journées du Cancéropôle Grand- Sud-Ouest, 5-6 novembre 2015, Bordeaux, France

Besoin de plus d'information ? Contactez-moi.

Leave a Reply